Les trois principales inquiétudes des Canadiens à l’égard des maladies graves

Les maladies graves sont plus courantes que la majorité d’entre nous le pensent. En fait, 73 % des Canadiens connaissent une personne ayant souffert d’une maladie grave et la moitié d’entre nous a vu un membre de la famille en être atteint. Compte tenu de ces statistiques, il est facile de se demander « Et si cela m’arrivait? »

Une étude indépendante menée par la firme Recherche Head révèle les principales inquiétudes à l’égard des maladies graves, qui sont devenues trop courantes.

Une femme vêtue d’un chandail rose, assise sur un divan et portant sur ses genoux un bébé avec une sucette dans sa bouche

1. Nous nous inquiétons de son impact sur notre qualité de vie.

La plupart d’entre nous s’inquiètent davantage des répercussions d’une maladie grave sur notre qualité de vie que des conséquences physiques d’une maladie grave. La moitié des personnes interrogées s’inquiètent de ne pas être en mesure de passer suffisamment de temps de qualité avec leurs enfants et environ le même nombre (49 %) craignent de ne pas être en mesure de profiter pleinement de la vie.

2. Nous nous inquiétons d’avoir à prendre soin d’un proche gravement malade.

Personne ne veut imaginer que son enfant ou son conjoint soit frappé d’une maladie grave, et la plupart des gens s’inquiètent du fait que le fardeau financier les empêcherait de s’absenter du travail pour s’occuper d’un proche gravement malade. De sérieuses conséquences financières guetteraient 54 % des personnes interrogées dans l’éventualité où leur enfant était frappé d’une maladie grave. Plus de la moitié (55 %) des gens (ou leur conjoint) devraient continuer à travailler. Si leur conjoint était frappé d’une maladie grave, plus de la moitié des travailleurs canadiens devraient continuer à travailler pour faire face à leurs obligations financières.

3. Nous nous inquiétons de l’aspect financier.

Plus de la moitié (57 %) des répondants croient que s’ils étaient frappés d’une maladie grave, eux ou leur conjoint, les répercussions sur les finances de leur ménage seraient considérables. Un nombre encore plus élevé (62 %) de répondants estiment qu’ils devraient retarder leur départ à la retraite, déménager dans un logement plus petit ou s’endetter s’ils étaient atteints d’une maladie grave. Lisez l’article Gardez votre verre à moitié plein, même quand la vie menace de le renverser pour apprendrecomment une maladie grave peut nuire considérablement à votre capacité de maintenir le style de vie que vous souhaitez.

De quelle façon doit-on aborder ces inquiétudes?

Nous ne pouvons pas empêcher une maladie grave de survenir, mais nous pouvons prendre des mesures pour alléger le fardeau financier qui pourrait en découler. L’assurance maladies graves constitue une option pouvant fournir de l’aide en cas de maladie grave. Si vous êtes atteint d’une maladie grave couverte, le versement forfaitaire que vous recevez peut être utilisé à diverses fins, notamment :

  •          Billets d’avion pour des membres de la famille d’une autre région du pays/monde
  •          Embauche d’un soignant pour réduire le stress des proches
  •          Absence du travail pour demeurer aux côtés d’un proche pendant qu’il se remet d’une maladie grave
  •          Paiement de frais médicaux qui ne sont pas couverts par le régime d’assurance-maladie de votre employeur ou provincial
  •          Temps de qualité avec les proches aux fins de convalescence et de détente
  •          Et bien plus…

Communiquez avec votre conseiller pour lui faire part de vos préoccupations et explorer les options qui s’offrent à vous pour les aborder avant qu’elles ne prennent de l’ampleur.