La maladie n’épargne pas les jeunes en bonne santé

Nous sommes nombreux à nous préoccuper de notre santé. Notre désir d’améliorer notre alimentation, notre forme physique et notre bien-être général a donné naissance à une industrie tout entière. On peut se réjouir de ces progrès qui contribuent grandement à notre qualité de vie, particulièrement lorsque nous vieillissons. Cela dit, même le style de vie le plus équilibré ne nous protège pas complètement contre l’apparition soudaine d’une maladie grave.

Il est important de prendre bien soin de nous-mêmes, mais nous devons quand même demeurer réalistes. Selon une étude menée récemment par la firme Recherche Head, 61 pour cent des Canadiens croient qu’en raison de leur mode de vie sain principalement, les probabilités qu’ils tombent gravement malades sont inférieures à la moyenne.*

En fait, la participation fréquente à des activités physiques comporte ses propres risques. Les chutes et les blessures liées à la pratique d’un sport sont parmi les causes les plus fréquentes de la lésion cérébrale acquise.

Surnommée l’« épidémie silencieuse », la lésion cérébrale acquise est une blessure au cerveau qui survient en raison d’un événement traumatique ou non traumatique. Fait peu connu, il s’agit de la principale cause d’invalidité chez les Canadiens de moins de 35 ans. La lésion cérébrale acquise est 44 fois plus courante que les lésions médullaires, 30 fois plus courante que le cancer du sein et 400 fois plus courante que le VIH/SIDA.

Si nous admettons le caractère aléatoire de la vie, nous pouvons prendre des mesures pour atténuer le risque. Une blessure grave au cerveau pourrait vous empêcher complètement de travailler et vous causer des difficultés financières. En effet, une lésion cérébrale acquise entraîne parfois des dépenses imprévues qui ne sont possiblement pas remboursées par les régimes d’assurance-maladie provinciaux, comme l’achat d’équipement médical spécialisé et des soins infirmiers à domicile. Heureusement, certaines polices d’assurance maladies graves prévoient une protection à l’égard des lésions cérébrales acquises, ce qui diminue les pressions financières associées au processus de rétablissement.

Adressez-vous à votre conseiller pour savoir si l’assurance maladies graves correspond à vos besoins. En plus d’avoir adopté un mode de vie sain, vous pourriez bénéficier d’une stabilité financière.

Source : Étude réalisée en août 2015 par la firme Head Research à la demande de la Great-West, de la London Life et de Canada-VieMC intitulée Assurance maladies graves – perspectives et réflexions.